• sous la toile

LES FÊTES GALANTES EN PEINTURE



✨ Je souhaitais vous partager un brin d'histoire sur les pastorales et fêtes galantes dans la peinture du XVIII ème siècle. Merveilleux siècle que le XVIII ème, les mœurs changent et la société évolue vers davantage de liberté et de frivolité sous le règne de Louis XV. Le XVIII ème siècle c’est aussi un nouvel art de vivre où confort et commodité deviennent les maîtres-mots du quotidien. Plus de féminité, plus de légèreté dans les tenues et les parures, il ne s'agit plus de prôner le faste et l’apparat comme sous le règne de Louis XIV. Cette nouvelle façon de vivre fut une réaction directe aux créations des Compagnies de commerce à la fin du XVII ème siècle (Compagnie des Indes - Colbert 1664), où l'ouverture sur le monde permet la découverte de nouvelles matières telles que la laque, la soie, ou encore le coton. Ainsi l’apport de ces matières entraîne la création d’un nouveau répertoire ornemental basé sur l’exotisme et sur « l’ailleurs ». Les jardins à l’anglaise prennent le pas sur les jardins à la française avec un désordre apparent où la nature reprend ses droits. L’homme du XVIII ème siècle est un homme d’extérieur qui dans un cadre plus léger se laisse aller à des occupations plus frivoles. Le terme de "fête galante" désigne un genre pictural où Fragonard et Watteau sont les maîtres. Les peintres mettent ainsi en avant dans un décor champêtre, hommes et femmes, qui s'attellent aux jeux et plaisir de la conversation en plein air. Ces peintures témoignent généralement d'un raffinement proche de l'esprit rocaille, s'étant développé dans les arts sous la régence 1715-1723. Une nature tourbillonnante et imaginaire. Le terme de "fête galante" fut d'ailleurs inventé en l'honneur de la présentation du tableau de Watteau "Pèlerinage à l'île de Cythère" en 1717, son morceau de réception à l'Académie.

9 vues

Sous la toile ©